Menu
Retrouvez nous surIcône facebookfacebook

Dernière mise à jour : 18/10/2016


Chardon-Marie (Silybum marianum)

Accueil > Les ingrédients > Les plantes > Chardon-Marie (Silybum marianum)

Origine et description

Le chardon-Marie appartient à la famille des asteracées.
On le rencontre dans toute l’Europe, sur les sols en friche, en bordure des champs et le long des routes et des chemins.
Il s’agit d’une plante bisannuelle à feuilles oblongues, épineuses sur les bords et tachées de blanc. Les fleurs solitaires et engainées par des bractées épineuses vont du pourpre au violet.
Après la floraison estivale, les akènes noirs (petits fruits secs contenant chacun une graine), restent attachés au réceptacle floral.

Principaux composants et propriétés

On retrouve des extraits de fruits (décoction ou teinture-mère d’akènes) dans les principales pharmacopées européennes.
Les akènes contiennent des lipides, des sucres et des protéines, ainsi que des flavonoïdes : le quercérol, la taxifoline et la silymarine. Cette dernière est un complexe hépato-protecteur composé de trois substances : la silybine, la silychristine et la silydialine.
La silymarine est utilisée dans le traitement d’un grand nombre de souffrances hépatiques où on lui confère un rôle de protection des hépatocytes. Cette action a été décrite dans la cirrhose, les stéatoses alcooliques, les empoisonnements du foie et les hépatites virales.
Le chardon-Marie est traditionnellement employé pour restaurer un bon fonctionnement hépatique. Il permet de protéger les cellules du foie contre différentes toxines.

La légende…

La vierge Marie, voyageant d’Egypte en Judée pour échapper à Hérode, avait caché l’enfant Jésus sous un bosquet de chardons, où elle lui aurait donné le sein. La légende dit que quelques gouttes de son lait tombèrent sur les feuilles, d’où les nervures blanches caractéristiques à cette espèce.

Retrouvez le chardon-Marie dans nos produits :
Romarinex chrome