• laboratoire_dissolvurol_label_sport-protect

Le label SPORT-PROTECT

Un label antidopage. Pour une garantie totale.

100% Garantie antidopage SPORT Protect
100% Conforme à la norme AFNOR NF V94-001
100% Certification tierce partie indépendante

Contrôles et prestations réalisées par SPORT Protect

6 points clés indispensables à une sécurisation maximale

  • Audit des sites de production.
  • Remise d’un rapport détaillé.
  • Information des sportifs.
  • Analyses antidopage.
  • Stockage sécurisé.
  • Suivi et traçabilité.

Pourquoi faut-il contrôler les produits ?

Parce que les risques sont importants
L’article 2.1.1 du Code Mondial Antidopage précise qu’il incombe à chaque sportif de s’assurer qu’aucune substance interdite ne pénètre dans son organisme. Les sportifs sont responsables de toute substance interdite ou de ses métabolites ou marqueurs dont la présence est décelée dans leurs échantillons. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de faire la preuve de l’intention, de la faute, de la négligence ou de l’usage conscient de la part du sportif pour établir une violation des règles antidopage en vertu de l’article 2.1. En clair, le sportif qui consomme un complément alimentaire engage sa totale responsabilité au regard de la législation antidopage mais aussi en ce qui concerne sa santé.

Parce que la menace est réelle
Différentes études montrent que 15 à 25% des compléments alimentaires contiennent des substances interdites, souvent non mentionnées sur l’emballage (Petroczi & al. «Mission Impossible ? Regulatory and enforcement issues to ensure safety of dietary supplements», Food and Chemical Toxicology, vol. 49 p°393-402, 2011).

Parce que la législation est complexe
La liste des interdictions est une liste de substances qui est très difficile à décrypter par les sportifs. A la lecture d’une notice, il n’est n’est pas évident du tout de s’assurer qu’aucune substance interdite ne figure dans la composition d’un produit…

Parce que les industriels ont besoin d’être accompagnés
Les industriels ont beaucoup de difficultés à comprendre la législation antidopage. D’une part, parce qu’elle évolue chaque année et d’autre part parce qu’elle ne mentionne pas des ingrédients mais des substances et des substances apparentées… Pour rajouter à la complexité, de nombreux ingrédients sont autorisés à la vente comme le citrus aurantium bien qu’ils contiennent une substance interdite : l’octopamine.

Parce que la transparence est bénéfique à tous
Chaque affaire de dopage qui concerne un complément alimentaire contaminé créé un peu plus l’amalgame et porte atteinte à l’ensemble des industriels alors que la plupart sont sérieux et n’ont pas l’intention de « doper à leur insu » leurs clients.


Sources officielles :